Show Menu

Opéra de Lyon boucherie Centrale 2016 ©Charpenel

cc-14112015-DSC_5328-994

Le duo qui a servi de maquette au projet, de banc d’essai, la vision initiale sur laquelle s’est construit ce parcours artistique. J’en observe les fondamentaux : La scénographie permet des perspectives qui englobent les gestes des deux personnages et de mettre en jeu leur duologue.

Avec le travail sur l’improvisation, chaque pratique est présente dans sa spécificité tout en gardant une grande place pour l’interaction, ce que les jazzmen nomment « interplay » : jouer en interaction, jouer ensemble.

cc-14112015-DSC_5346-994

cc-14112015-DSC_5308-994

 

Je saisis donc la contradiction entre le fait de travailler dans le contexte « in-situ » et par ailleurs apporter le temps prémédité de l’écriture pour les musiciens qui ne pratiquent pas l’improvisation, cette composition de l’instant. L’écriture sera ma part d’interaction dans les duos, l’interprète s’en saisit et son interprétation, son choix des modules, du tempo, des nuances, le font entrer dans l’immédiat : l’interprète est un créateur sans qui les notes resteraient un art graphique, il fait exister la musique dans l’instant : la musique révèle l’instant.

Nicolas Bianco

 

Découvrir le regard d’un anthropologue sur ce duo.

 

Contreboucherie

Duo entre un boucher et un contrebassiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s