Show Menu

CC27042017-_DSC8138

Ma maman est couturière, quand j’étais petit j’entendais ce son si caractéristique et musical de la machine à coudre, c’était le son de la vie, du travail, de la passion, de l’accomplissement, de la terre qui tourne…

J’ai retrouvé ce son dans l’atelier des cordonnières. En entrant dans la boutique des cordonnières je suis un explorateur qui évolue dans une partition d’une richesse infinie, machines, mâchoires, marteaux, odeurs de cire et de peaux, clapotis des secondes, tic tac sophistiqué de la machine à coudre, je décide d’écrire à partir de la note si que joue la fraise sur le talon ce son m’évoque celui que l’on peut obtenir en jouant à l’archet sur la lame du vibraphone.

CC27042017-_DSC8369

Duo entre un vibraphoniste une caisse claire et deux cordonnières Mythologie de l’artisan. Platon.

Nicolas Bianco

CC27042017-_DSC8178

CC27042017-_DSC8414

Écoute le son que fait la terre quand elle tourne

Duo entre deux cordonnières et un percussionniste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s